Lundi 14h - 19h

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h - 19h

 

 

 

 

 

Il n'y aura pas de sang versé

Maryline Desbiolles

Sabine Wespieser Éditeur

  • Conseillé par (Libraire)
    14 juin 2023

    Elles sont quatre, elles sont ouvrières dans les ateliers de soierie lyonnais et elles font partie d'une histoire oubliée des mémoires, celle de la première grève des femmes à la fin du XIXème siècle. Il fallait leur donner une histoire, une voix pour revendiquer, mettre des mots qu'elles n'avaient pas, des mots pour relever la tête.
    Un élan se dégage de ce livre, du mouvement coule dans ses pages vibrantes et fiévreuses. Maryline Desbiolles s'affranchit du cadre historique pour faire de ces ouvrières des relayeuses qui vont se passer le flambeau, comme pour redonner de la vivacité à des corps harassés.
    Y a-t-il un monde plus juste derrière la ligne d'arrivée ?


  • Conseillé par (Libraire)
    22 avril 2023

    Lyon 1868, quatre jeunes femmes découvrent la ville où elles vivent et travaillent. Elles sont ovalistes et les ateliers de soieries deviennent leur quotidien, usant leurs yeux et leurs membres. La rage qui s'accumule dans leurs ventres est le point de départ de la première grève menée par des femmes. 1869 est historique, la course est lancée pour les droits des travailleur.euses lyonnais.es. Des questionnements toujours actuels et très inspirants.


  • Conseillé par
    7 mars 2023

    Un bel hommange

    J'ai terminé ce petit livre - conseillé par Jean Marc du Cadran Lunaire de Mâcon - hier soir veille de manifestation contre les retraites. En arpentant les rues de Lyon aujourd'hui j'ai repensé à ces femmes héroïnes de ce petit livre plein d'humanité et d'inhumanité. Ces femmes qui en 1861 ont aussi arpenté les rues de la Croix Rousse ou de la Guillotière pour un peu plus. Un peu plus de salaire - passer de 1,40 franc à 2 - un peu plus d'égalité - être traitées comme les hommes (déjà à cette époque et ce n'est toujours pas fini), un peu plus de qualité pour les logements (logées souvent au-dessus des machines, elles respiraient les poussières dangereuses jusqu'à la phtisie). Ces femmes exploitées ne sachant pour la plupart ni lire ni écrire mais qui ont décidé ensemble de manifester au péril de leur emploi et de leur vie.
    L'autrice nous propose une allégorie intéressante; la course en relais. Chaque femme fait partie de la course, chaque femme s'aide, chaque femme contribue à ce que le groupe gagne. Ces femmes de rien, ces femmes invisibles, ces femmes qui ne parlent des fois même pas la langue, ces femmes font cœur et peuvent s'élever vers une vie un peu meilleur. Juste un peu. On le sait, la route a été longue et l'est encore pour toutes les revendications des femmes.
    Ce petit livre est un bel hommage à ces femmes de rien qui pendant quelques semaines se sont levées. Il y en a eu d'autres après, beaucoup d'autres et il en faudra encore. Ces femmes de 1861 qui ne savaient pas lire ni écrire, ces femmes souvent enlevées de leur famille par des rabatteurs pour travailler dans des conditions terribles dans les soieries Lyonnaises, ces femmes-là se sont levées en bravant une autorité oppressante. Un bel exemple de courage.