Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

 

Pascale B.

Mariam Sheik Fareed

J'ai Lu

7,40
8 mai 2022

Un accent, une odeur ….

Une rencontre fortuite entre un immigré Mauricien, Désiré, et Alexandre un cuisinier ébauchant son premier roman.
Bravant le barrage de la langue, Désiré entame une correspondance avec Alexandre pour parfaire ce roman, ils se retrouvent tous deux empreints d’un engouement réciproque.
Le récit du syndrome de l’accent étranger, roman dans le roman, raconte comment un accent exotique « trop voyant » peut décrédibiliser une personne, paralyser une vie…Mariam Sheik Fareed décrit cette situation déstabilisante avec légèreté et poésie, déroule un fil rouge multiculturel, confiant les histoires et les différences de ses personnages ; faisant basculer leur vie en une pirouette.

15 avril 2022

Omerta

Dans un petit village du Sud, niché au creux du massif de l’Argentu, quelques heures d’été vont changer le cours de la vie de Libero, jeune homme de père inconnu épris de justice et de liberté…

Dans cette vallée isolée, il n’y a pas d’état, c’est la tyrannie des plus forts qui règne depuis longtemps, motivée par la vanité et l’insatiable appétit des hommes ; les querelles et rancœurs sont devenus haines héréditaires ….

A partir de personnages fascinants et derrière l’ombre d’Antigone, Elena Piacentini plante un décor de violence et d’injustice, où chacun est confronté à l’omerta ; où les non-dits pèsent et gangrènent le village. Drame rural contrastant magnifiquement avec l’amour filial et l’émouvant rapprochement des corps.

L’auteur, généreuse, donne rythme et émotions à son récit, ménage le suspense, et nous rassure : la naissance ne nous oblige pas …… nous pouvons modifier notre destin….

« Nos doigts se touchaient, s’apprivoisaient, éprouvaient le courage de leur désir. Et après, et après ? Après nous terrifiait »

Roman

Arléa

22,00
28 mars 2022

555 sonates

555 Hélène Gestern
La découverte puis la disparition d’une hypothétique 556ème sonate de l’illustre Domenico Scarlatti (grand virtuose baroque italien né en 1685) va plonger plusieurs personnages dans une quête palpitante de cette partition
- Giancarlo Albizon, luthier italien talentueux et Grégoire Coblence, ébéniste
- Joris de Jonche, riche collectionneur et mécène
- Rodolphe Luzin-Farge, musicologue,
- Manig Terzian, célèbre claveciniste et sa petite-nièce Alice musicienne prometteuse.
Tous passionnés, liés par la musique et en particulier par l’œuvre réputée de Sarcatti.

Hélène Gestern, documentée, captive le lecteur avec une intrigue maîtrisée, sous la forme d’un roman choral et musical, très fluide, où chaque destin sera remis en question par le secret de cette partition.
Construction rythmée entretenant le suspens avec une 6ème voix énigmatique tirant les ficelles jusqu’au dénouement.
Addictif.

12 mars 2022

Légende de la reine vierge

Fresque historique inspirée de faits réels durant le rude hiver enneigé de l’an 1177 dans le golfe du Lion.
L’intrigue explique les stratégies de pouvoir, complots, trahisons, guerres de religion, crimes et autres forfaits.
En riposte, Ermengarde de Narbonne restée célibataire et solitaire, ayant gouverné Narbonne pendant près de 45 ans, y impose une société basée sur la culture, challenge étonnant sollicitant les troubadours

Le moyen âge et l’art roman sont à l’honneur dans une enquête habile, mystérieuse et à rebondissements.
François-Henri Soulié manie le vocabulaire de l’époque et retranscrit avec précision les décors et la psychologie des personnages.

6 mars 2022

Chroniques de confinement

Voici le deuxième volet d’une longue série pouvant se lire indépendamment et dont j’avais fait une note élogieuse sur le premier : Mathilde ne dit rien ».

Cette histoire commence avec la pandémie. Les habitants de la Place carrée vivent chacun le confinement à travers leur histoire personnelle.

Laura et Tonio en sont les principaux protagonistes mais les portraits secondaires sont tout autant intéressants.

L’analyse des conséquences sociales du confinement dans ce quartier défavorisé nous rappelle à travers ces tranches de vie la situation et la surcharge de travail à l'hôpital, l’errance des jeunes désœuvrés et des dealers, les violences. Tristan Saule y pose un regard juste, traitant ces sujets avec dynamique, objectivité et empathie.

Roman noir social aux chapitres courts très rythmé dont l’écriture est lumineuse et très imagée.

Le lecteur est aspiré vers un dénouement final libérateur inattendu.