Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

POUR SERVICES RENDUS anglais

POUR SERVICES RENDUS anglais

Iain Levison

Liana Levi

  • par (Libraire)
    12 juillet 2018

    Comment un type, plutôt honnête, ayant servi son pays lors du conflit vietnamien, se trouve entraîné un peu malgré lui à mentir pour aider un ancien compagnon d'arme devenu sénateur.
    La machine politique et médiatique se met en route. L'on découvre alors un univers de mensonges, magouilles, pressions et corruptions en tous genres. Avec une écriture juste et sans superflu, l'auteur dénonce les travers de la vie politique américaine.
    J'AI ADORE CE LIVRE !


  • par (Libraire)
    5 mai 2018

    Humour grinçant

    Iain Levison n'est jamais tendre avec son pays, l'Amérique. Observateur sans pitié de ses travers, il s'attaque, dans ce roman à deux piliers, l'armée et le système politique. Il nous montre à quel point le débat politique est devenu vide, et vain. Bien que l'histoire s'inscrive pendant la guerre du Vietnam, elle résonne avec l'actualité et les "fake news".
    Avec un humour grinçant !


  • par (Libraire)
    13 avril 2018

    la vérité et autres mensonges

    - Vientnam 1969, le Sergent Fremantle et le jeune Billy font de leur mieux pour survivre à une guerre dont plus personne ne saisit bien le sens, mais dans laquelle ils sont pourtant engagés volontaires.
    - USA 2016, Fremantle, devenu chef de la police d'une petite ville du Michigan, est contacté par l'équipe de Billy, devenu Sénateur, pour le soutenir dans sa campagne.

    Là-bas comme ici, la vérité a-t-elle un sens? et puis d'abord, quelle vérité?!!
    Avec Ian Levison, quelque part entre roman noir et critique sociale, on choisit d'en rire, pour ne pas en pleurer...


  • 8 avril 2018

    La part d'ombre des vétérans

    " Un petit boulot " reste, quinze ans après, la carte de visite de Iain Levison. Dès ce premier texte, cet auteur impossible à étiqueter a investi un territoire, entre roman noir et critique sociale, qu'il a marqué de son empreinte. On y voyait Jake, ouvrier au chômage, tuer pour de l'argent et continuer par goût du travail bien fait. Un homme bon et sympathique qui, dans l'impasse, commettait l'irréparable.
    Quinze ans après, dans ce même Michigan peu engageant, un policier irréprochable met ses pas dans ceux de Jake. Mike Fremantle revoit un vieux compagnon d'armes dont il fut le sergent au Vietnam. L'ex-soldat brigue un poste de sénateur, il lui demande de nier publiquement une bavure, un crime de guerre, qui pourrait salir sa campagne. Mentir pour de l'argent : marché conclu, les deux sexagénaires vont réécrire l'Histoire. L'un pour partir en beauté, garantir le confort de sa famille et de son commissariat. L'autre pour désarmer le candidat rival et gagner.
    " Pour services rendus " est à double détente. En montrant une face honteuse de la guerre, il ébranle l'image sacro-sainte du " vétéran " de l'armée, souvent héros, parfois victime, rarement coupable. On n'est pas surpris de retrouver l'auteur sur cette ligne critique, lui qui défie les conventions dans sa vie de nomade et les institutions dans ses écrits. Observateur sans pitié des travers américains, il fait aussi d'un arrangement avec la vérité ( " fake news " ) la clef d'une élection sans débat, sans idées, sans projet. Ou comment tailler en pièces deux piliers de l'Amérique moderne, son armée et son système politique.

    **Lire l'interview de Ian Levinson** [**ici**](http://www.onlalu.com/2018/04/05/interview-iain-levison-33353)

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u