Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

Ludivine F.

Jeune femme au luth

Les Éditions du Sonneur

17,00
par (Libraire)
22 avril 2021

Le réel et l'illusion

Voici un court roman dévoré à peine sorti des cartons de nouveautés ! Si le début met du temps à se mettre en place, on fini happé par l'expérience étrange que vit l'héroïne, 41 ans, historienne de l'Art passionnée par les peintre hollandais du XVIIe. Depuis trois ans, suite à un drame familial, la vie de Patricia n'a plus qu'une saveur fade. Son travail à la bibliothèque d'un musée est devenu sa seule source de réconfort. Mais voilà que débarque à l'improviste Mickey, un lointain cousin venu d'Irlande, où sa famille a des racines. 25 ans, extrêmement charismatique, Mickey semble très pressé de faire la connaissance de Patricia. Dès le premier rendez-vous, elle succombe, se sent renaître, brulante d'un feu qu'elle croyait à jamais éteint. Alors Mickey évoque son plan. Un plan qui implique qu'elle quitte les Etats-Unis pendant un court séjour pour aller habiter seule dans un petit cottage rudimentaire en terre d'Irlande. Un plan qui implique un tableau, le préféré de Patricia, Jeune femme au luth. Mais dans toute cette histoire, qu'est-ce qui est bien réel, et où commence l'illusion ? L'autrice parvient à dépeindre avec énormément de justesse un sentiment à mi-chemin entre la mélancolie et la douceur que procure l'impression d'entrer dans une nouvelle phase plus lumineuse de sa vie. Seulement, il arrive que certaines impressions soient trompeuses. Un roman parfait pour qui aime Vermeer, les cottages irlandais et les relations ambigües !!

Des dieux sans majuscule
22,50
par (Libraire)
21 avril 2021

Jeunes âmes cherchent horizons ouverts

Dans son nouveau roman, Tupelo Hassman nous embarque en Californie, et plus particulièrement au village de Rosary, un endroit coupé de toute modernité par la sainte volonté des Frappés, comme les appelle l'héroïne. Helen est en terminale, vit avec son père, facteur et membre d'un énième comité religieux fixant les règles de vie strictes de leur microcosme, et passe son temps à traîner dans une vieille décharge de pneus avec son groupe d'amis. Alors que les adultes estiment que la lecture des psaumes et le camp Bible d'été sont les seules activités qui vaillent pour des adolescents bien éduqués, Helen et les Têtes-de-bite enchaînent les bières, inventent de petits jeux interdits et tentent de vaincre par tous les moyens la morosité ambiante. Par-delà le pont, il y a Sky, la ville pleine de promesses, où les stations de radio parlent librement de sexualité et où l'on peut être qui on veut. Mais pour le moment, Helen est coincée à Rosary avec sa bande... Et le pire, c'est que son père a retrouvé l'amour. En plus des coups et des cuites, ces jeunes âmes folles (et terriblement attachantes) découvriront qu'il existe bien des manières de se sentir vivants et de conquérir sa liberté. Rien n'est impossible (ce qui ne veut pas dire que cela sera facile !). Une lecture touchante ponctuée de très beaux moments de grâce au milieu d'une foule de tourments ! Bienvenue à Rosary.

Les Abysses

Rivers Solomon

Aux forges de Vulcain

18,00
par (Libraire)
6 avril 2021

Se souvenir ou ne pas se souvenir ?

Yetu est une Wajinru, un peuple sous-marin dont les lointaines ancêtres étaient les femmes africaines victimes du commerce des esclaves, jetées par-dessus bord par les blancs et ayant donné naissance à de petits êtres mi-humains mi-poissons. Désormais parfaitement habitués à la vie dans les profondeurs, les Wajinrus insouciants profitent en paix de tous les bienfaits de l'océan. Hormis un individu, l'Historienne, gardienne du passé et des souvenirs de son peuple. En elle existent les esprits de tous les Wajinrus trépassés, et tous les actes affreux dont ils ont été témoins. En acceptant cette mission, Yetu endure mille souffrances, mais préserve le reste de ses semblables de la douleur du souvenir. Jusqu'au moment où elle n'en peut plus et décide de partir. Sa fuite à la surface sera autant une découverte de la liberté qu'une profonde remise en question.

Rivers Solomon, que l'on connaissait déjà pour son remarqué L'Incivilité des Fantômes, nous offre ici une mémorable réflexion sur le poids de l'Histoire et de l'héritage de son peuple. Dans les années 1990, le groupe électro Drexciya imagine le mythe d'un peuple sous-marin descendant d'esclaves noirs, concept que reprend le groupe hip-hop clipping. en 2017 dans un album appelé "The Deep". Reprenant le titre "The Deep" traduit par "Les Abysses" en français, Solomon apporte sa pierre à l'édifice cette fois par le prisme de la littérature et le point de vue d'une héroïne singulière, en conflit entre son devoir et ses désirs.

Que faire de la connaissance de son passé ? Faut-il se rappeler, ou vaut-il mieux oublier ? Jusqu'où ce qu'ont été nos ancêtres doit-il nous définir ? Autant de questionnements pertinents que nous propose ce roman. Rivers Solomon nous plonge dans les océans pour réfléchir sur nos racines. En militante anti-raciste et queer affirmée, elle utilise la littérature pour porter ses convictions et poser les questions justes. A découvrir !

L'Eté de la sorcière

Kaho NASHIKI

Philippe Picquier

18,00
par (Libraire)
11 mars 2021

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

Mai a 13 ans, ne se sent pas bien au collège et ne veut plus y retourner. Pour lui offrir un peu de répit, ainsi qu'à elle-même, sa mère l'envoie chez sa grand-mère, à la montagne. La vieille dame d'origine anglaise vit au milieu de ses plantes et de ses poules, passe la plupart de son temps au grand air, et apprend rapidement à Mai quelques secrets de sorcière... A son contact, la jeune fille va goûter au plaisir de prendre soin des petites choses, de s'administrer soi-même une discipline que l'on choisit et s'ouvrira avec moins de peur aux questions qui aident à grandir. Un délicieux roman printanier, très tendre, qui explore joliment les relations entre les plus jeunes et les aînés.

Dérive des âmes et des continents
par (Libraire)
20 février 2021

Une sorcière, une tortue, un tsunami, et toutes les autres choses

Sur les îles Andaman, un jeune couple s'installe dans une ancienne maison coloniale remplie de fantômes que l'épouse, un peu sorcière, arrive à voir. Leur histoire d'amour se déploie entre ciel, terre et eau, au milieu d'un climat capricieux et d'une végétation luxuriante. Ils recueillent une jeune femme, Mary, qui deviendra leur servante. Après la mort de Devi, puis celle de Girija Prasad emporté par un tsunami, c'est elle que l'on suit, devenue une femme d'âge mûr hantée par le fait d'avoir laissé derrière elle un bébé, aujourd'hui devenu un étudiant militant enfermé dans une prison sordide en Birmanie. Elle fait le voyage pour le retrouver accompagnée par un ami dealer de ce fils méconnu, originaire de Katmandou, que l'on suivra ensuite au Tibet. Ainsi, de fil en aiguille et en histoires, d'amour ou de famille, le lecteur voyage sur le continent asiatique aux côtés des personnages, avec toujours comme fil conducteur l'évocation des caprices de la Terre, les tsunamis, les tremblements de terre, les humeurs mystérieuses de l'univers. Malgré quelques petites longueurs (que l'on pardonne à l'autrice car elle signe ici son premier roman), ce texte est une très belle invitation au voyage, certains passages donnant une agréable sensation de dépaysement. Il s'en dégage beaucoup de poésie et de mélancolie douce. Une voix à suivre !