Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Rosalie R.

Qui sème le vent

Rijneveld, Marieke Lucas

Buchet-Chastel

20,00
par (Libraire)
14 septembre 2020

Le croco jaune Haribo que personne n'a choisi et qui reste au fond du sachet de bonbons, voilà comment se décrit la jeune narratrice du premier roman coup de poing de la néerlandaise Marieke Lucas Rijneveld. Perpétuellement serrée dans sa parka rouge, elle décrit avec rudesse la dérive d'une famille de fermiers ultra protestante qui sombre dans une obscurité sépulcrale suite au décès accidentel du fils aîné.

Avec une écriture personnelle et extraordinaire de réalisme, elle observe dans l'angoisse la lente agonie des siens désormais ferrés dans un silence sans fin.
Ce roman qui est une véritable bombe dans cette rentrée littéraire se lit avec le même sentiment que celui que l'on ressent lorsqu'on triture une dent de lait sur le poing de tomber et qu'elle résiste provoquant une douleur lancinante et vicieuse.

Un premier texte inoubliable, glacial et criant de sincérité.

Public averti néanmoins, mais quel talent elle a cette jeune femme!!!!!

Patagonie route 203
22,50
par (Libraire)
16 août 2020

Exceptionnellement, il y a des livres difficiles à chroniquer et pour lesquels on aimerait pouvoir se contenter d'écrire : "S'IL VOUS PLAIT, FAITES-MOI CONFIANCE RIEN QU'UNE FOIS: LISEZ-LE!!!"

Le premier roman que l'argentin Eduardo Fernando Varela a écrit à l'âge de soixante ans est un chef-d'oeuvre dont l'achèvement me plonge dans une certaine appréhension car il est de mon devoir de trouver les mots justes pour en parler au plus grand nombre. Néanmoins, la sidération admirative si savoureuse que suscite sa lecture et que je peine à quitter, rend le partage hasardeux. Je vais, par conséquent, vous en parler de façon très simple, pressée par la peur de trahir un tant soit peu ce merveilleux roman qui va forcément faire date dans la production littéraire contemporaine latino-américaine.

Parker sillonne depuis des années la pampa à bord de son camion-maison dans lequel il transporte des marchandises de contrebande pour le compte d'une mystérieuse entreprise. Rude, réservé et plutôt misanthrope, il parcourt sans fin la steppe patagonienne, toujours seul et de passage, cultivant avec art sa propre solitude.
Lors d'un arrêt dans un village isolé du sud, il rencontre la belle Mayten et son mari Bruno qui trimbalent leur train fantôme et leur jeu de massacre au gré des fêtes foraines entre la côte et les bourgades de la steppe. Notre loup solitaire tombe immédiatement amoureux de celle qui appréhende de gâcher les meilleurs années de sa vie en disputes et besognes domestiques.

Il y a peu de chose à ajouter hormis le fait que ce road-trip dans les confins du continent balayés par les vents est une pure merveille, un texte magique inoubliable terriblement attachant et d'un naturel époustouflant, le tout servi par une plume délicieusement vivante.

Un immense merci aux Editions Métailié pour cette découverte magnifiquement traduite.

VOUS L 'AUREZ COMPRIS: A LIRE ABSOLUMENT, parution le 20 août prochain.

Nickel Boys
19,90
par (Libraire)
4 août 2020

"Jetez-nous en prison, nous continuerons à vous aimer... Mais ne vous y trompez pas, par notre capacité à souffrir nous vous aurons à l'usure, et un jour nous gagnerons notre liberté".

Inspiré d'une histoire vraie, Nickel Boys relate l'effroyable quotidien d'adolescents pensionnaires d'une école disciplinaire dans la Floride ségrégationniste des années 60.

Le jeune afro-américain Elwood Curtis, un garçon tranquille et brillant, est élevé par une grand-mère qui n'a de cesse de veiller à ce que son petit-fils ne s'écarte du droit chemin. Bercé par les paroles de Martin Luther King, Elwood l'idéaliste rêve de paix et de justice et aspire à étudier la littérature à l'université. Mais suite à une erreur judiciaire, il se retrouve enfermé dans l'enfer de Nickel où il va découvrir l'abominable machine à broyer des enfants prétendument récalcitrants.
Violences physiques, humiliations et meurtres; sous couvert d'une discipline qui se voulait salvatrice, l'institution qui s'adonnait aux sévices les plus sadiques a brisé durant cent ans des milliers d'adolescents.

Récompensé par le prix Pulitzer, le dernier livre de Colson Whitehead est évidemment dévastateur mais il est écrit néanmoins dans une prose posée, mesurée et comme dictée par une foi qui a dépassé la colère. Il fait partie incontestablement des romans importants de la rentrée côté étranger.

À lire absolument.

Nickel Boys
19,90
par (Libraire)
4 août 2020

"Jetez-nous en prison, nous continuerons à vous aimer... Mais ne vous y trompez pas, par notre capacité à souffrir nous vous aurons à l'usure, et un jour nous gagnerons notre liberté".
Inspiré d'une histoire vraie, Nickel Boys relate l'effroyable quotidien d'adolescents pensionnaires d'une école disciplinaire dans la Floride ségrégationniste des années 60.
Le jeune afro-américain Elwood Curtis, premier de sa classe, est élévé par une grand-mère qui n'a de cesse de veiller à ce que son petit-fils ne s'écarte pas du droit chemin. Bercé par les paroles de Martin Luther King, Elwood l'idéaliste rêve de paix et de justice et aspire à étudier la littérature à l'université. Mais suite à une erreur judiciaire, il se retrouve enfermé dans l'enfer de Nickel où il va découvrir l'abominable machine à broyer des adolescents prétendument récalcitrants. Violences physiques, humiliations et meurtres; sous couvert d'une discipline qui se veut salvatrice, l'instition s'adonne aux sévices les plus sadiques et va briser durant cent ans des milliers d'adolecents.
Recompensé par le prix Pulitzer, le dernier livre de Colson Whitehead est evidemment dévastateur mais il écrit néanmoins dans une prose posée, mesurée et comme au-delà de la colère. Il fait partie des romans importants de la rentrée côté étranger.
A lire absolument

Apeirogon
23,00
par (Libraire)
28 juillet 2020

Le titre du dernier roman de Colum McCann est un terme mathématique qui désigne un objet d’un nombre infini de côtés comme pour appréhender avec le maximum de liberté les multiples facettes d’un conflit qui dure depuis bien trop longtemps, celui qui oppose Israël à la Palestine.

Smadar, 14 ans, fille de Rami, un israélien de 67 ans ancien soldat de la guerre du Kippour, est tuée dans un attentat suicide en 1997. Dix ans plus tard, c’est au tour de Bassam, ancien prisonnier palestinien de 48 ans de connaître un drame similaire avec la disparition de sa fille Abir, tuée par un garde frontière.
Dès lors se noue entre les deux hommes une amitié admirable et ils n’auront de cesse de combattre pour la paix et la justice. Tous deux membres du Cercle des Parents, ils arpentent inlassablement le monde pour raconter leurs histoires et donner la paroles aux victimes, convaincus que leur chagrin peut être une arme contre les horreurs perpétrées par leurs peuples.

Apeirogon, c’est l’histoire d’un israélien qui lutte contre l’occupation et d’un palestinien qui étudie l’holocauste, l’histoire de deux hommes brisés qui ont décidé d’unir leurs forces pour œuvrer pour la paix.

Comme le dit Colum McCann lui -même, son livre est un « roman hybride » un récit non linéaire d’une rare exigence.

Nécessaire et absolument admirable.