Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

Manon B.

par (Libraire)
29 août 2021

Capucine adore lire. Cette fois-ci, elle a choisi un livre sur les animaux de la forêt. Mais en plein milieu des pages, un arbre pousse. Curieuse, elle le touche et tombe tête la première dans une forêt mystérieuse.
Une adorable petite histoire où la magie côtoie la beauté de la nature et des animaux qui parlent.

Attention aux trolls car ils n'aiment pas ce qui est différent !

Dès 7 ans.

par (Libraire)
22 août 2021

« Un jour, on écoutera enfin toute l’humanité que contiennent les livres. »

Comme elle l’a fait précédemment avec « Renversante » ou encore « Ce qui fait battre nos cœurs », Florence Hinckel apporte, avec son nouveau roman, son lot de questionnements et de remises en question, illustré par une panoplie de personnages, victimes de leurs milieux sociaux, de leurs sexes, de leurs couleurs de peau ou de leurs origines.

Edna, notre héroïne de 17 ans, est l’incarnation de cette adolescente cachée dans ses vêtements trop larges pour discerner son corps et trop passive pour répondre aux brimades de ses camarades et ceux de son beau-père.
Tous la juge trop bête pour lire autre chose que de la sous-littérature et pour participer au club de lecture du lycée.
Par compensation d’une injustice, sa chance d’y prendre part va lui être offerte.
Peu à peu, son menton, ses épaules, son dos, tout son corps se redressent pour faire face à ses harceleurs.
Mais parfois, une colère sourde déstabilise la passivité d’Edna, ce genre de colère qui lui fait perdre tout contrôle.

A l’instar de « Ce qui fait battre nos cœurs », « L’énigme Edna » se passe dans le futur, en 2026 et nous montre les conséquences du Covid-19 et du réchauffement climatique sur la nature comme sur les êtres humains.

L'œuf de l'immortel

Talents Hauts

16,00
par (Libraire)
22 août 2021

Paris, 19**,

A l’aube du XXème siècle, Sidonie, une jeune écrivaine de 17 ans, renommée pour ses romans d’amour, connue sous le sobriquet de Agathe de Saint-Vars, fait exception à la règle et rend à son éditeur un roman d’aventure. A son grand désespoir, ce dernier reste formel là dessus : une femme telle que Sidonie n’est pas taillée pour l’aventure.
Mais c’est ce vent d’aventure qui va venir à elle sous les traits de Sasha, une mystérieuse jeune femme russe qui se révèle être sa nouvelle tutrice.
En parallèle, de violents meurtres commis par des corbeaux, entachent les pages des journaux parisiens.
Sidonie va prendre en main cette enquête, se confrontant alors à un légendaire personnage du folklore russe.

Pour ceux qui ont aimé lire ou regardé Énola Holmes. Dès 13 ans.

par (Libraire)
11 juillet 2021

"Je me souviens de toi."

L'histoire d'Addie, cette héroïne éternellement âgée de 23 ans, est un subtil mélange entre une épopée à travers le temps et les continents, une introspection sur la vie et la mort et une enquête sur le véritable poids de la solitude.

Le 29 Juillet 1714, Adeline Larue, va sceller son sort à jamais en priant un des anciens dieux. Un des dieux de la nuit, ceux à qui il faut mieux ne rien demander, et lui vend son âme.
300 ans plus tard, Addie est toujours là. Jeune, immortelle. Une fille de brouillard au milieu du paysage gris de New-York car personne ne se souvient d'elle. Une minute d'égarement et cela suffit pour faire oublier sa présence.
Partageant avec quiconque, inlassablement des premières rencontres.
Puis, Henry, jeune libraire, qui a des nuages plein la tête, exhausse son souhait le plus cher, celui que l'on se souvienne d'elle.

Parmi ces 700 pages d'immersion dans les vies tour à tour d'Addie et de Henry, leur histoire nous pousse à réfléchir sur cette éternelle question : les instants de joie valent-ils les périodes de peine ?
Ce à quoi Addie nous répond : "Toujours".

Un magnifique message d'espoir pour ceux où tôt ou tard, ont traversés des mauvaises passes. Une histoire remarquable qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Je me souviendrais de toi, Addie Larue.

18,50
par (Libraire)
28 juin 2021

« Un jour, ma grand-mère est tombée amoureuse dans un train. Cinquante ans plus tard, moi aussi. »

Quand la cloche du lycée sonne pour la dernière fois, de nouveaux chemins apparaissent. Souvent, ils mènent à la fac.
Mais parfois, le chemin le plus évident n’est pas celui que l’on désire le plus.
La fac. C’était le chemin tout tracé d' Hugo, le dernier des sextuplés.
Lui et ses frères et sœurs ont obtenu une bourse dès la naissance dans l’université de leur village anglais natal.
Une semaine avant la rentrée scolaire, sa petite amie le quitte, le laissant seul, dans leur voyage en train prévu pour une semaine reliant New York à San Francisco.
Déterminé à profiter du peu de liberté dont il dispose, il décide d’y aller. Seul s’il le faut.
Mais un problème se pose vite. Les billets sont mis au nom de son ex copine.
Il lui faut, à présent, impérativement trouver une autre Margaret Campbell.

Hugo est ce garçon maladroit, peu affable, dont la tête est remplie de ces oiseaux qui ne rêvent que d’une seule chose : pouvoir s’envoler seul et non comme toujours en troupeau. Il rêve d’exister par lui même en tant qu’individu. Et il veut plus que tout ne plus être simplement Paddington, le petit ours peureux qui a besoin des autres pour survivre.
Ce voyage, ces nouvelles rencontres et surtout Mae, sa nouvelle compagne de voyage, vont permettre de le prouver.
La fac n’est peut être pas la suite logique de toute histoire.