Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Eric R.

Un auteur de BD en trop

Blancou, Daniel

Sarbacane

22,50
par (Libraire)
20 février 2020

UNE SATIRE DU MONDE DE L'EDITION

Dans une BD féroce, mais drolatique, Daniel Blancou explose en couleurs les codes de l’édition pour mieux les dénoncer. Plus vrai que nature?

Si vous êtes amateur de salon Bd vous ne pouvez avoir manqué ce type de scène: deux tables, deux dessinateurs. Devant l’un d’entre eux, une file d’attente interminable de lecteurs patients pour obtenir une dédicace. A côté un autre auteur, le smartphone à la main ou le regard perdu vers le lointain, attend patiemment mais vainement, un admirateur. Le succès côtoie facilement l’anonymat. Celui qui regarde dans le vide pourrait s’appeler Daniel Blancou (c’est un rôle de composition). Il attend patiemment dans la première page de sa Bd, un(e) lecteur(trice) qui pourrait s’intéresser à son album consacré aux difficultés du commerce de chenilles alimentaires en Centrafrique.
Pourtant rien n’y fait, il n’a aucun succès. Ses éditeurs gentiment, mais fermement, lui ferment les portes ou lui proposent des projets sans rémunération immédiate, sans certitude de publication et sans proposition future si il il refuse. Il arrive à payer son loyer en enseignant des cours de dessin à des élèves sans avenir. Un jour pourtant, il découvre le travail de Kevin que sa pharmacienne de mère lui a laissé pour avis. Un projet de BD unique, remarquable, exceptionnel qui change les codes et tout ce qui a déjà été publié précédemment. Ce travail Daniel, plus ou moins volontairement, va se l’approprier et inverser totalement l’intérêt des éditeurs. D’ignoré et de rejeté il va devenir adulé et primé. Angoulême va le récompenser, ses droits d’auteur vont être augmentés, la presse va l’interviewer. Il devient une star!
Sorti en janvier, au moment du festival international de Bd marqué par des manifestations des auteurs pour l’augmentation de leurs droits, de la publication du rapport Racine sur leur avenir, cet album résonne bruyamment avec l’actualité. Le monde de l’édition, les rapports de dominant dominé éditeur-auteur, la parodie du monde artistique directeurs de galerie et pseudo performer, sont décrits avec une justesse féroce. Pourtant que l’on ne s’y méprenne pas, cette Bd n’est pas un tract, un pensum ou une pétition. Comme le souhaite Daniel Blancou, c’est une Bd rigolote.
C’est l’ironie qui prédomine, le second degré grinçant, ironique et acidulé. Et la forme utilisée colle à cette volonté de produire un album amusant. Des strips à l’américaine de trois ou quatre bandes pour briser le rythme en une multitude de mini histoires en passant par des couleurs primaires très tramées comme dans les Bd des années soixante, Daniel Blancou utilise des codes graphiques qui évitent tout risque d’ennui et de pensum. On rit jaune (couleur primaire!) quand l’éditeur annule par écrit une collaboration vitale économiquement mais on ne sort pourtant pas abattu de ce livre car la bêtise, l’indigence culturelle sont aussi offerts à nos moqueries et le rire vaut parfois plus qu’un coup de gueule.
Un dernier détail. Mais d’importance. Daniel Blancou dédicaçait son ouvrage à Angoulême. Il y’avait une longue file d’attente devant sa table de dédicace.

Le Chant du monde
22,00
par (Libraire)
19 février 2020

UN CRI MAGNIFIQUE


En adaptant le roman de Giono, « Le Chant du Monde », Jacques Ferrandez popularise une oeuvre romanesque essentielle. Il met magnifiquement en images des mots et des paysages. Remarquable.

 « Le Chant du Monde est un immense poème romanesque où Giono (…) tourne le dos à la modernité qui l’a mis en miettes en 14. C’est un livre lumineux » écrit Emmanuelle Lambert dans son remarquable « Giono Furioso ». Lumineux c’est justement le qualificatif qui convient au dessin et aux couleurs de Jacques Ferrandez, cette lumière qu’il sut magnifier dans ses « Carnets d’Orient » avec Alger la blanche ou encore dans les paysages méridionaux de ses adaptations des oeuvres d’Albert Camus.

Elle éclate partout la lumière dans cette Bd qui, même située par l’écrivain dans un pays imaginaire, renvoie aux paysages des Alpes omniprésents dans l’oeuvre de Giono. Il y’a la Durance, Sisteron, dans ces décors que Ferrandez étale sur des doubles pages magnifiques comme si ces paysages étaient l’essentiel de l’oeuvre. De grands dessins à l’aquarelle finement ciselée pour remplacer les mots du romancier, les descriptions imposantes de la nature. On y voit la magnifique blancheur hivernale, la tendre douceur printanière ou l’orange feuillage de l’automne. Ces aquarelles sont le socle du travail de Ferrandez. Dessus, superposées, viennent s’ajouter des vignettes modestes, petits espaces dans lesquels se racontent des choses moins importantes: la vie des hommes. Soumise à la pluie, aux saisons, au vent, aux torrents, elle est modeste mais lourde. Elle lutte à la fois contre les grands éléments et contre les passions.

Le Chant du Monde est d’abord celui de l’eau qui charrie le bois coupé dans la montagne, c’est celui de la rivière où vit Antonio, « L’homme à la bouche d’or », qui un jour décide d’aider Matelot, un vieillard, à retrouver son deuxième fils aux cheveux rouges. Commence alors un périple qui va mener les deux hommes sur les terres d’un chef local omnipotent à la manière d’un seigneur du Moyen Âge, Maudru, un terrible chef bouvier, dont les hommes de main comme les personnages de Sergio Leone portent de longs manteaux devenant des silhouettes de western, un genre auquel Giono faisait référence lors de l’écriture de son roman publié en 1934. Ce périple va amener les deux hommes à rencontrer une jeune aveugle en train d’accoucher dans un pré, un vieux guérisseur philosophe perdu sur ses choix moraux, la mère de la route, une galerie de personnages secondaires à qui le dessin de Ferrandez donne une profondeur extrême. Mais ce sont les femmes qui donnent toute la puissance à l’oeuvre. La fille de Maudru prête à défier toute sa famille et son histoire pour vivre avec un homme qui lui a promis une maison isolée dans la montagne. Clara l’aveugle, qui aurait voulu qu’Antonio la connaisse « avec ma jupe rouge qui bouge autour de moi comme du blé mur », indépendante, fière. Toutes deux aspirent à assumer leur vie, leur sexualité sans dictat masculin. Elles sont les véritables héroïnes, les hommes se contentant d’être, forts, musculeux, violents.

Ferrandez qui blanchit souvent l’arrière plan de ses cases, lorsque la nature n’intervient pas, pour donner plus de poids à ses personnages, a su garder de Giono les phrases clés, magnifiques, merveilleuses, celles qui dépassent une époque ou un lieu, qui donnent la parole à ces êtres ensorcelés par leur naissance. En gardant l’essentiel, le dessinateur donne à voir le style du romancier.Le texte de l’écrivain est bien présent et s’impose sur les pages.
Jacques Ferrandez rend dans son adaptation un hommage formidable à une oeuvre littéraire majeure. Sylvie Giono avait donné facilement son accord au dessinateur pour l’adaptation. La fille cadette du romancier ne doit sûrement pas aujourd’hui regretter son choix. Et nous lecteurs, non plus, tant Fernandez demeure un formidable « passeur ».

8 kilomètres
19,00
par (Libraire)
13 février 2020

Epoustouflant !

Huit kilomètres c’est la distance parcourue en 1995 entre deux massacres commis par un adolescent de 16 ans dans le Var. Une distance que Bruno Masi dans son ouvrage remarquable parcourt. Pour comprendre et expliquer.
De manière passionnante, l’auteur décrypte ainsi les raisons de l’amnésie collective qui frappera cet évènement, bientôt supplanté, une semaine plus tard, par l’assassinat par les forces de l’ordre du terroriste Khaled Kelkal. Aucun voyeurisme dans l’enquête de Masi, aucune excuse. Simplement la volonté de comprendre le fonctionnement d’un adolescent différent des autres par son caractère, son affect familial.
« 8 kilomètres » n’est pas un pamphlet ou une charge contre les médias. C’est un froid constat qui veut redonner un sens à la complexité des évènements, des existences. A la complexité des êtres. Au lieu de déterrer des cadavres comme le craint une intervenante, Bruno Masi leur redonne vie et évite l’oubli.

Eric.

23 septembre 1995: Soliès-Pont une petite commune du Var proche de Toulon. Eric Borel, 16 ans, assassine son beau père, son demi frère puis sa mère dans leur maison familiale. Il leur tire à bout portant avec une 22 Long Rifle avant de s’acharner sur leurs corps. Il sort dans la nuit, marche 8 kilomètres, attend le lever du jour, demande à voir son ami Alan, le tue froidement. Il poursuit sa marche dans le village de Cuers et tue 12 autres personnes avant de se donner la mort, en se tirant une balle dans la tête. Voilà pour les faits bruts. Ce massacre est la deuxième tuerie par son importance en Europe au cours du XX ème siècle, derrière les assassinats commis par Anders Brevik à Oslo et sur l’île d’Utoya.
Pourtant cet évènement n’a laissé que peu de souvenirs dans la mémoire collective. Pourquoi ce silence? Cet oubli? Bruno Masi, comme précédemment Yvan Jablonka avec son exceptionnel « Laëtitia » va essayer de comprendre 25 ans plus tard ce mutisme collectif et de reconstituer ce qui s’est réellement passé ce week end de fin d’été dans un village comme des milliers d’autres en France. Pendant trois ans, l'écrivain va rencontrer les intervenants de l’époque, des intervenants qui ont été oubliés par la gendarmerie, la justice, la presse et dont les paroles, si elles avaient été recueillies dans les temps nécessaires, auraient déroulé une histoire violente, brutale mais aussi compréhensible dans une logique d’un mal de vivre adolescent exacerbé. S’infiltrant dans les erreurs du passé, Bruno Masi, démonte les rouages d’une information à chaud, qui commence à devenir une info en continu. Soucieuse de sensationnalisme les rédactions parisiennes contredisent parfois leur reporter sur place privilégiant la « folie », la « démence », l’acte irrationnel. Ce mécanisme parfaitement décrit convient finalement à tout le monde, y compris aux habitants de Cuers qui hier comme aujourd’hui préfère fermer les yeux et oublier. La description d’un jeune déséquilibré pris d’un accès de folie n’ a aucune conséquence pour la société qui à cette occasion n’a pas à se regarder dans un miroir.

De manière passionnante, l’auteur décrypte ainsi les raisons de l’amnésie collective qui frappera cet évènement, bientôt supplanté, une semaine plus tard, par l’assassinat par les forces de l’ordre du terroriste Khaled Kelkal.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, et s’appuyant sur des témoignages irréfutables et concordants, le récit reconstitue la chronologie exacte des faits, expliquant ce qui a troublé dès le début l’auteur, c’est à dire ces 8 kilomètres parcourus par Eric Borel et ces 11 heures écoulées entre le meurtre de sa famille et celui de son ami Alan. Une distance et un temps écoulé qui auraient du à l’époque poser question et balayer toutes les élucubrations émises. On comprend alors le processus de la tuerie, la « logique » du tueur, la chronologie des faits. Aucun voyeurisme dans l’enquête de Masi, aucune excuse. Simplement la volonté de comprendre le fonctionnement d’un adolescent différent des autres par son caractère, son affect familial.
« 8 kilomètres » n’est pas un pamphlet ou une charge contre les médias. C’est un froid constat qui veut redonner un sens à la complexité des évènements, des existences. A la complexité des êtres. Au lieu de déterrer des cadavres comme le craint une intervenante, Bruno Masi leur redonne vie et évite l’oubli.

Django main de feu
par (Libraire)
28 janvier 2020

Un guitariste incandescent

Efa et Rubio dans cette BD consacrée à Django Reinhardt explorent la jeunesse et l’adolescence du plus célèbre des Manouches. Une vie incandescente traitée sobrement et efficacement. Où la musique traîne en fond sonore.
Instructif, allant à l’essentiel, ce biopic de facture classique rend un hommage justifié à cet homme amoureux de la vie, de la musique, du jeu qui ne pouvait guère se consumer lentement. Django Reinhardt mourut le 16 mai 1953 à Sannois. Il avait 43 ans.

Eric

« Main de feu » le titre de la Bd dit tout. Main de feu c’est la main de Django qui dès le plus jeune âge décide de devenir un grand musicien et s’exerce jusqu’à épuisement au banjo d’abord. Main de feu c’est aussi la main brûlée dans l’incendie de sa caravane, pour laquelle il craint l’amputation et qui l’amènera à jouer de la guitare avec une position particulière sur l’instrument. Main de feu c’est enfin le tempérament de cet adolescent manouche, rebelle, qui refuse d’apprendre à lire et à écrire préférant répéter des heures et des heures des gammes ou séduire les filles. Il est hors norme ce jeune homme né selon le scénario de la BD une première fois au cours de l’hiver 1910 dans un camp en belgique pour renaître une seconde fois à l’automne 1928 à St Ouen après cet incendie.
La BD d’Efa et Rubio s’attarde sur les années des débuts, ces années où le jeune homme superbement doué et conscient de son talent cherche tout simplement à devenir le meilleur de Paris, de France mais, plus sûrement, du monde. On le comprend de suite, Django n’est pas un modèle de modestie, faisant le vide autour de lui à l’exception de son frère Joseph dit Nin-Nin, en adoration devant l’ainé et qui accepta tout. Ce parti pris démontre la force de caractère nécessaire à la réussite. Cette obstination est le fil conducteur de cet album parfaitement documenté, et dont la narration est complétée par un superbe cahier de 16 pages en fin d’album agrémenté de beaux portraits photographiques.
Les chansons rythment les pages comme une ritournelle, en toile de fond, qui accompagne les bons et moins bons moments d’une vie collective dans ses roulottes et caravanes de la « Zone » en périphérie de Paris, où la solidarité n’est pas qu’un mot. .
Le dessin donne la part belle à cette vie collective d’où Django, tout en respectant ses codes et ses valeurs, cherche à s’extraire. Avec Django on ne doute pas et le jeune musicien va réussir, non pas comme il l’espérait mais comme il l’annonçait. S’attaquant au bal musette, au « jass », il va donner à ces styles musicaux une note personnelle, côtoyant les plus grands, Stéphane Grappelli, Duke Ellington, Amstrong, Dizzy Gillepsie et tant d’autres.

Instructif, allant à l’essentiel, ce biopic de facture classique rend un hommage justifié à cet homme incandescent, amoureux de la vie, de la musique, du jeu qui ne pouvait guère se consumer lentement. Django Reinhardt mourut le 16 mai 1953 à Sannois. Il avait 43 ans.

SODOMA

Martel Frederic

Pocket

9,40
par (Libraire)
20 janvier 2020

Implacable et indispensable

La lecture de « Sodoma » vous laisse pantois et groggy car l’enquête menée pendant 4 ans par le journaliste, sociologue, Frédéric Martel est implacable et incontestable. Le titre est explicite: l’enquête démontre la place exorbitante qu’occupe l’homosexualité au sein de l’Eglise catholique. Ce qui n’est après tout qu’une exception sociologique n’est pas en soi un problème. L’anomalie réside dans le fait que cette homosexualité est niée et combattue farouchement par l’Eglise, même très violemment, dans une hypocrisie incommensurable. L’auteur énumère au long de son ouvrage quatorze règles de « Sodoma » dont une qui domine sur toutes les autres: plus un membre de la hiérarchie catholique est actif dans sa pratique homosexuelle, plus il est publiquement homophobe.

Eric

A partir de ce constat majeur, la politique vaticane depuis Paul VI, prend tout son sens. Sans donnée statistique scientifique, reviennent souvent les pourcentages de 50% d’homosexuels chez les prêtres et de 75% dans la hiérarchie. C’est que pour se hisser aux fonctions supérieures il faut faire partie du sérail et bénéficier d’appuis où l’affectif et la pratique sexuelle jouent un rôle primordial. L’auteur démontre comment dans les années cinquante, en Italie notamment, le sort le plus enviable pour un jeune qui se découvre homosexuel est de rentrer dans l’Eglise. De moqué à réprouvé, l’adolescent devient respecté, protégé. Commence alors un double jeu imposé par une institution qui nie contre toute réalité, la naissance et l’existence d’une libido qui s’impose à tous.

Les prêtres, pour leur immense majorité, vont vivre ainsi dans un conflit permanent, conflit qui est exacerbé au maximum avec Benoit XVI, le pape le plus anti homosexuel de tous les papes modernes, pour qui Frédéric Martel démontre le conflit intérieur qui l’habite, et dont il sort probablement vainqueur selon ses propres critères, faisant triompher « l’amour amitié » sur un amour actif sexuellement. Une victoire intérieure personnelle mais un désastre pour l’institution qu’il dirige.

Cette homophobie interne écrase tout et monopolise l’action vaticane. Elle est avec l’anti communisme cher plus particulièrement à Jean Paul II, la ligne directrice du Vatican depuis Paul VI. On découvre alors avec effarement, et des exemples mondiaux à l’appui, comment la hiérarchie catholique s’acoquine avec des dictateurs d’extrême droite et lutte jusqu’à la nausée contre l’homosexualité perçue comme plus grave que la pédophilie ou l’hétérosexualité qui n’importent aux papes que si leur révélation devient publique.

Pris dans leur système de pensée ces hommes qui dirigent le Vatican, vivent dans une schizophrénie poussée jusqu’à la caricature. Leurs exigences vestimentaires extravagantes, leurs portraits omniprésents dans leurs palais, les cérémonies grandioses mises en place pour nommer un collaborateur particulier, sont les manifestations les plus légères de comportements qui peuvent atteindre des sommets de perversité et de gravité. Les portraits des cardinaux Lopez Trujillo, Marcial Maciel, protégés et même parfois vénérés par les papes, sont terrifiants. Le refus du préservatif est un autre marqueur de cette violence. Pédophilie, prostitution, sont les conséquences d’une sexualité bridée et niée.

Au fur et à mesure de la démonstration, l’éloignement de l’Eglise catholique des réalités de notre monde s’explique. Tous les combats à contre courant menés par trois papes successifs, sont perdus d’avance. Alors que les ordinations de prêtres n’ont jamais été aussi faibles, l’auteur athée, accorde une volonté réformatrice réelle au pape François, conscient des travers immenses du gouvernement qu’il dirige. Là est la force de l’ouvrage qui ne tombe jamais dans la caricature ou l’inquisition. On peut même trouver dans des pages de la bienveillance et des tentatives de compréhension d’hommes perdus entre leur idéal de vie et de chasteté et la réalité de leurs pulsions, la réalité de la vie.

L’enquête délivre finalement pour les croyants, un espoir qui peut amener à remettre en cause le célibat des prêtres (exigence formulée au XI ème siècle sans fondement textuel), à accepter la reconnaissance des exigences sexuelles individuelles. François aura t’il suffisamment de force et de pouvoir pour remettre en cause cette politique en place jusqu’à l’aveuglement depuis plus de 60 ans? La survie de l’Eglise catholique dépend probablement de la réponse qui sera donnée à cette question.