Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Eric R.

Dans la lumière des peintres
par (Libraire)
16 août 2019

Les mémoires d'Adrien

Fils du couple fondateur de la galerie et de la Fondation Maeght, mondialement reconnue, Adrien Maeght raconte une des plus grandes aventures artistiques du XX ème siècle. Un texte en forme de testament. Et de plaidoyer.

Dans les dernières pages de son livre « La Saga Maeght », Yoyo Maeght écrivait: « Si Papa possède encore des capacités de jugement, va t’il faire un bilan de sa vie et prendre conscience qu’il s’est privé de l’essentiel? ». Prenant sa fille au mot, sans jamais évoquer ce défi, à l’aube de sa vie, Adrien Maeght, fils de Aimé et Marguerite Maeght, couple fondateur de la plus grande galerie d’art moderne au monde du XX ème siècle et de la Fondation de St Paul de Vence, trace effectivement dans ce livre un bilan de sa vie et répond aux reproches d’une de ses filles. C’est qu’il est terrible le paradoxe de cette famille au firmament de l’histoire de l’art et totalement détruite par des guerres familiales intestines où les perquisitions succèdent aux procès. Sans doute avec l’âge, Adrien a aujourd’hui 89 ans, la tolérance et la compréhension priment sur le combat et la confrontation. Le livre d’Adrien Maeght est donc dénué de toutes violences et répond explicitement avec pudeur à toutes les accusations d’une vie familiale broyée. Quand Yoyo glorifie son grand père Aimé, à qui elle dresse une statue d’airain, Adrien préfère expliquer son comportement jugé d’enfant gâté ou d’incapable, lui qui sera en froid permanent avec son père dès l’enfance mais sera adoré de sa mère qui lui lèguera à sa mort sa moitié du patrimoine des Maeght, provoquant le début de 50 ans de procédure.
On se dit alors que l’art, l’argent, le pouvoir rendent fous. Qui aurait pu imaginer que Aimé Maeght, orphelin de guerre, titulaire d’un CAP de dessinateur lithographe et Marguerite, sans aucun diplôme, allaient rencontrer, faire vivre, vendre, exposer et côtoyer les plus grands peintres du siècle dernier? Adrien nous aide à remonter cette histoire fabuleuse, déjà bien connue mais agrémentée du regard d’un adolescent qui a vécu ces moments privilégiés. La première rencontre avec Bonnard au Canet et l’incroyable dialogue avec Mme Maeght, totalement ignorante des prix pratiqués par le peintre ou les séances de pose avec Matisse racontent mieux que jamais des moments privilégiés de vie et donnent encore plus d’ampleur à la légende. Bonnard sera l’ami, le mentor de Aimé. Matisse sera le pilier des débuts économiques. Braque, à qui Adrien consacre de nombreuses pages tendres et belles sera l’ami fidèle jusqu’à sa mort en 1963.
Elle devait posséder quelque chose de particulier cette famille. Certainement un amour véritable et sincère pour ses créateurs, si différents du commun des mortels et une véritable passion pour l’art. Et l’on ne peut que croire Adrien Maeght quand il explique son amour des oeuvres qu’il côtoie au quotidien dans la galerie, dans son appartement ou chez les artistes. Même sans révélation fracassante, on lit, ou relit, avec plaisir les portraits de Miro, ami infaillible, les exigences formelles de Giacometti, la gentillesse enfantine de Calder, la jalousie de Chagall. Et les repas du samedi chez les Braque autour du fameux « gigot d’agneau ».

Ainsi se lit ce livre, entre témoignage passionnant du monde de l’art pendant un demi siècle et une sordide histoire familiale, dans laquelle l’amour est inégalement réparti. Adrien Maeght écrit au début de son livre qu’il a « adoré » sa mère et qu’il a « beaucoup aimé » son père. Une nuance affective qui explique probablement en partie la déliquescence familiale. Avec le pouvoir. L’argent. Et la démonstration que l’Art ne peut pas, seul, rendre totalement heureux.

Eric

Bootblack
14,00
par (Libraire)
27 juin 2019

New-York des années 30 au ras du sol

Après le formidable dyptique "Giant" consacré aux ouvriers constructeurs de gratte ciel new-yorkais, Mikaël poursuit sa description des quartiers populaires, misérables ou des milliers de migrants se cherchent une identité.
En cette année 1929, des gens fortunés, on ne distingue bien souvent que les pieds, les chaussures que font reluire ces enfants, ces bootblacks pour 10 cents, à genoux, la tête baissée. C’est l’un d’entre eux, Al, que Mikaël nous présente, Al comme Altenberg, un nom venu du village natal de ses parents, en Allemagne. A dix ans il est orphelin et va devoir apprendre à survivre dans la jungle de la ville tentaculaire. Comme Oliver Twist de Dickens, on va le suivre dans sa quête d’une identité qu’il revendique américaine et surtout dans sa quête de survie. Les potes comme Shiny, les mauvaises fréquentations, la pègre, la mafia, constituent l’environnement du gosse devenu adolescent et amoureux de la mystérieuse Margaret.
La qualité première du premier tome de ce dyptique réside dans un dessin superbe, identifiable parmi des milliers d’autres et qui s’appuie sur une évidente documentation. Comme dans un livre photos des années trente, on se met à observer avec attention les moindres détails de cases dans lesquelles la vie quotidienne au ras du sol est décrite avec minutie. On découvre les échoppes, les théâtres, la gare ou le port d’une ville en pleine effervescence quand les langues se mélangent, les classes sociales s’affrontent ou s’ignorent. Comme un cinéaste soignant ses cadrages, l’auteur magnifie des vues en contre plongée de la Grosse Pomme, sujet principal de cette BD, où le brouillard nimbe souvent les tours comme pour les rendre plus humaines.
L’Amérique se construit aussi dans ces quartiers ou âgé seulement de 10 ans, Al crie en s’enfuyant de chez lui une dernière fois: « Ici les gens se font tout seuls », même si l’avenir lui prouvera que cette élévation sociale ne se fait pas sans difficultés ou compromissions. Le rêve américain s’est aussi construit sur de difficiles illusions. Mikaël montre superbement l’envers du décor.

Coup de cœur d'Eric.

Le Chant de l'assassin
par (Libraire)
7 juin 2019

Un chant ensorcelant

Avec « Le Chant de l’assassin » R.J Ellory démontre qu’il est bien l’un des plus grands auteurs de romans noirs. Intrigue parfaite mais surtout personnages inoubliables dans une Amérique sombre et profonde. Du grand, très grand roman.

Henry Quinn a fréquenté pendant 3 ans en prison, Evan Riggs. Ce dernier charge Henry, qui vient d’être libéré, de porter à sa fille Sarah, qu’il n’a jamais connu, une lettre. Respectueux de sa promesse, le jeune homme emprisonné pour une bêtise, va partir à la recherche de cette mystérieuse enfant à Calvary, Texas. Sa venue va libérer des secrets enfouis, faire surgir des cadavres, et éclairer d’un jour nouveau le passé familial de Evan Riggs. Fidèle à sa technique de flash back, l’écrivain de Birmingham, alterne chapitre par chapitre, entre la quête de Henry et le passé de Evan. C’est un puzzle qui se reconstitue peu à peu entrainant le lecteur dans une spirale infernale où le poids des violences du passé explique tout. Ou presque tout.

Ellory qui vit en Angleterre mais qui a depuis son enfance rêvé de « l’Amérique » à travers des films, des romans de Faulkner à Hemingway, de la musique, nous emmène dans un Texas plus vrai que nature. Les communautés conservatrices vivent repliées sur elles mêmes préférant l’ordre à la vérité, l’oubli à la justice. Et quand survient un étranger, chargé simplement de porter une modeste lettre à une inconnue, près de trente années de silence risquent de se fissurer. L’écrivain maitrise à la perfection l’art du suspense et on est happé vers les dernières pages du roman qui ne quitte pas les mains du lecteur. Mais on ne saurait résumer ce livre à une enquête car l'auteur donne une dimension psychologique imposante à ces personnages et à travers leur quête décrit des êtres inoubliables. « Certains - quelques rares êtres exceptionnels - vous marquent à jamais de leur empreinte » écrit il. C’est le cas de deux frères, Evan et Carson diamétralement opposés, un paumé et artiste, l’autre froid et cynique. D’une femme Rebecca tiraillée entre l’amour partagé des deux frères. Des acteurs, potentats locaux tenus au silence par leur passé malodorant. Henry dans sa volonté de tenir sa promesse, bientôt accompagné de Evie, une jeune fille délurée forment au fil des pages un couple attachant contrastant avec la noirceur des habitants du lieu. Les « héros » positifs de Ellory, même imparfaits, sont dotés d’une humanité inoubliable.

Livre après livre, Ellory, plus que des intrigues, nous donne une image de la condition humaine, pointant nos faiblesses que certains cherchent à oublier dans l’alcool ou la musique, cette musique omniprésente et que l’on imagine mélancolique, nostalgique et triste. Comme nos vies.

Eric Rubert.

Chronique complète sur le site Unidivers.fr

La Communauté
par (Libraire)
16 mai 2019

COMPRENDRE LA BANLIEUE


Trappes: ville moyenne de 30 000 habitants, anomalie dans le riche département des Yvelines. Au début des années 60, le PC règne en maître: les jeunes vont dans des colonies de vacances communales, on vend sur le marché l’Humanité et Pif Gadget. La population locale a bien accueilli ces ouvriers arrivés essentiellement d’Afrique du Nord, pour les usines Renault, Peugeot, Simca. Et puis aujourd’hui en 2018: « l’air y est plus lourd, les relations sont contraintes par de nouvelles règles qui s’imposent à la petite communauté trappiste, chassant l’ambiance naguère si chaleureuse ». Le Coran a remplacé l’Humanité. Que s’est il passé au cours de ces 60 années pour permettre cette régression?

Cette évolution, deux grands reporters au Monde, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, nous la racontent dans cette enquête sur cette ville banlieusarde, ou grandirent notamment Djamel, Omar Sy, la Fouine, Anelka, Sophia Aram. Sans porter de jugement, elles établissent un récit passionnant établi à partir de centaines d’heures d’entretien avec des habitants de la ville. Une enquête longue et minutieuse dissimulée derrière un récit sans parti pris.

Tout au long de ces pages écrites comme un roman s’égrènent ces 60 années d’errance, d’incompréhension, de luttes politiques locales, d’erreurs nationales, qui d’abandon de principes fondamentaux en renoncements ou en erreurs d’appréciation, ont abouti à ce terrible constat final: 67 djihadistes français sont partis de Trappes.

Eric.

Né d'aucune femme

Manufacture de livres

20,90
par (Libraire)
16 mai 2019

Rendez-vous avec le diable

Une intrigue irrespirable.
Des personnages inoubliables.
Une atmosphère incontournable.
Un style inimitable.
Un rendez-vous avec le Diable.
Une nouvelle définition du Mal.
U n roman incroyable.

Un "My Absolute Darling" à la française.
Un livre majeur de cette année.

Eric.