Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

François-Régis SIRJACQ (Libraire)

3 septembre 2021

Un récit bouleversant et superbe

Ce déchirant roman se passe à Glasgow dans les années 80 sous le règne de Margaret Thatcher et relate l'histoire d'un fils trop tendre pour le quartier où il est né. Sa mère, Agnès Bain, après avoir rêvé d'une maison bien à elle, d'un jardin et d'un homme qui l'aime, va être abandonnée par son dernier époux et tomber chaque soir dans les bras réconfortants de la bière. Un membre de sa famille, Shuggie, ne l'abandonnera pas. Alors il espère qu'elle surmonte son amour pour l'alcool et se rappelle qu'elle l'aime plus que ses canettes, que le liquide ambré qui coule dans ses veines à toute heure.
L'auteur met du sien dans ce premier roman, se livre sans doute, et signe un récit bouleversant et superbe.

3 septembre 2021

Avant les années terribles

Dans une Afrique encore traversée de magie et de superstition, l'épopée tragique d'un enfant soldat, victime et bourreau, innocent et coupable. Victor del Árbol nous plonge dans les ténèbres du cœur de Joseph Kony, le Sorcier du Nil. Il nous raconte la vie de Isaías Yower, jeune ougandais qui a fui son pays pour rejoindre l'Espagne. Le contexte est absolument hallucinant de violence, mais rien n'est inventé. Enfin si : l'histoire d'Isaías. Le livre se déroule sur deux époques : la jeunesse d'Isaías et son retour en Ouganda pour témoigner lors d'un congrès. N'est-ce pas la tragédie des enfants-soldats qui sont de fait des victimes à qui l'on a volé leur enfance avant d'être des criminels.

Santiago H. Amigorena

P.O.L.

20,00
3 septembre 2021

Le Premier Exil

Amigorena nous prévient dès les premières lignes en s’auto qualifiant « crapaud graphomane » pour écrire sa vie de petit argentin, exilé en Uruguay, fuyant la dictature, en Argentine, pour arriver par la suite à Paris. Pour le côté très personnel de sa vie intime il va nous narrer ses premiers émois protosexuels, puis dressant le portrait d’un continent blessé il nous décrit sa vie de tous les jours : cette période Uruguayenne n’est pas facile entre la guérilla des Tupamaros et les escadrons de la mort…

20,00
3 septembre 2021

Très beau roman

Dans ses précédents romans « Dolce Vita » et « les nouveaux monstres », Simonetta Greggio narrait une sorte d’autobiographie de sa vie en Italie, sa patrie. Dans ce nouveau roman, elle raconte l’histoire de sa famille, cette famille qui l’a poussé à se poser beaucoup de questions : ce père, homme apparemment doux et tendre, pourquoi deviendra- t-il une sorte de monstre ? Pourquoi, jeune fille, a-t-elle fui sa famille, sa maison ? Puis sa langue maternelle ? Abandonnant ainsi ses petits frères, sa mère, ses amis… derrière sa famille, son pays, n’y a-t-il pas des secrets terribles, des secrets meurtriers ? Et si son pays, l’Italie, n’en avait pas fini avec le solde de la période fasciste ? Ces années si sombres, si terribles.
Avec ce dernier roman, Simonetta Greggio semble en avoir fini avec son passé. Très beau roman

3 septembre 2021

Brise sur l’émancipation, famille que l'on se choisit

Subitement, nous allons vivre l'arrêt d'un monde. Panne d'électricité, les gens tentent de survivre. Dans la forêt, un homme marche en direction du camp de chasse où sa famille s’est réfugiée pour fuir. Il s’enfonce dans les montagnes en suivant les sentiers et les ruisseaux. Il croise un garçon, seul, et à deux, sont prêts à affronter la nature et ses dangers.
Quel beau récit d'anticipation, sur l'importance d'être en équipe, de surmonter les épreuves à deux. Brise sur l’émancipation, famille que l'on se choisit, acceptation de ce que l'on est devenu au fil des rencontres sont les thèmes de ce très beau roman sur l'importance d'être soi et de bien s'entourer.