Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

La Poule pond / Sonica mon lapin
EAN13
9782710378211
ISBN
978-2-7103-7821-1
Éditeur
La Table Ronde
Date de publication
Collection
Vermillon
Nombre de pages
128
Dimensions
21 x 20 x 1 cm
Poids
174 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Poule pond / Sonica mon lapin

De

Préface de

La Table Ronde

Vermillon

Offres

«Michel Ohl, dès l’adolescence, fréquente Rigaut, Cravan, Artaud et autres Crevel, trouvant chez ces magnifiques "suicidés de la société" l’estampille de son propre désespoir. De Rigaut, surtout, on sent l’influence dans Sonica mon lapin, son premier livre, recueil de micro-récits pataphysiques ponctués d’aphorismes narquois. Certes, des motifs émergent, qui pourraient servir de fil d’Ariane dans cet univers labyrinthique - le ricanement de la mort, les souvenirs d’enfance et leurs ambiguïtés, la prolifération à la fois hilarante et inquiétante du langage, le jeu sans fin des références -, mais voici qu’une moulinette ubuesque malaxe tout ceci, et le recrache au visage du lecteur ! La poule pond, le dernier recueil de Michel Ohl, peut à bon droit passer pour un viatique, un Baedeker pour
le pays d’Ohl. Les figures habituelles y sont, non pas simplifiées, mais épurées par une exigence de clarté particulière, comme si l’auteur avait voulu préparer le travail du lecteur, l’aider à extraire la pépite de la gangue - après tout, "La poule pond", dans sa grandiose et parfaite simplicité, n’est-elle pas "la plus belle phrase de France" ? Les similitudes entre Sonica mon lapin et La poule pond restent cependant significatives : au "rira seul qui rira le dernier" du jeune "antipoète" répond "le rire exquis, le crâne rire ininterrompu" du sexagénaire qui sent peut-être venir la mort. En écrivant La poule pond, Michel Ohl se tient "au bord du rire et de la mort mêlés dans l’onde noire comme le tapioca et les crêtes de coq dans le consommé impérial."» (Extrait de la préface de Jean-Pierre Ohl.)
En écrivant La poule pond, Michel Ohl se tient «au bord du rire et de la mort mêlés dans l’onde noire comme le tapioca et les crêtes de coq dans le consommé impérial.»
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-Pierre Ohl