Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Le Goncourt pour Eric Vuillard!

Le Goncourt pour Eric Vuillard!

Autant vous le dire toute de suite, nous l’espérions ce prix pour Eric Vuillard! Depuis la découverte de Tristesse de la Terre (paru en 2014) nous avons guetté chaque nouvelle parution de cet auteur (et aussi rattrapé notre retard en découvrant les titres précédents!).
Il est assez difficile de résumer le travail d’Eric Vuillard, mais disons que son écriture, son point de vue sur les évènements de l’histoire, l’angle avec lequel il choisit d’aborder son sujet ont suscité chez nous un enthousiasme saisissant. Et cet engouement était tel que nous l’avons reçu plusieurs fois à la librairie.
Nous avons alors découvert un homme passionnant, sachant captiver son auditoire, égrenant les anecdotes face à un public conquis. Eric Vuillard nous apparaissant, finalement, comme l’auteur que nous pouvions imaginer : un homme de conviction, profondément humain, spontané (nous proposant de passer prendre un café si nous nous rendions près de chez lui :)).

Bref, nous sommes tous les trois ravis de ce choix et c’est avec une ferveur sans précédent que nous allons défendre ce Goncourt 2017.

Tristesse de la terre : une histoire de Buffalo Bill Cody ,  récit
18,00

On pense que le reality show est l’ultime avatar du spectacle de masse. Qu’on se détrompe. Il en est l’origine. Son créateur fut Buffalo Bill, le metteur en scène du fameux Wild West Show. Tristesse de la terre, d’une écriture acérée et rigoureusement inventive, raconte cette histoire.

----------------------------------
Le Prix d’une Vie 2014


La bataille d'Occident / récit, récit
8,00

De l'ambition d'un stratège allemand à l'assassinat d'un archiduc, du Chemin des Dames à la bataille de la Somme, du gaz moutarde aux camps de prisonniers, La Bataille d'Occident alterne portraits intimes et scènes épiques ou émouvantes pour offrir un récit très personnel de la Grande Guerre irrigué d'une érudition et d'une ironie constantes.

Revisitant de manière polémique le premier conflit mondial, cet « Art de la guerre » met en parallèle les stratégies militaires et leurs conséquences désastreuses à travers quelques journées décisives. Le gâchis est sans précédent, la chair à canon n'aura servi que les intérêts financiers et politiques de décideurs sans scrupules : l'Occident est bel et bien entré dans la modernité.