Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Les finalistes du prix Femina 2017

Les finalistes du prix Femina 2017

Dans la catégorie Essais

Gabriële

Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son œuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient «  la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire. Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Étival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d’un xxe  siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société.
Anne et Claire Berest sont les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia.


Des Américaines à Paris / actrices, mécènes, écrivaines, danseuses : 1850-1920
22,90

Mary Cassatt, Natalie Barney, Renée Vivien, Winnaretta Singer, Isadora Duncan, Gertrude Stein, Alice Toklas, Romaine Brooks, Edith Wharton, Anne Morgan, les soeurs Klumpke… Le Paris de la Belle Époque vibre sous les assauts de ces Américaines éprises de liberté.


Elles sont riches, artistes, philanthropes. Elles peignent, écrivent, dansent, jouent de la musique, tiennent salon, aiment. Paris est une fête pour ces femmes aux moeurs libres qui fuient l’Amérique puritaine.
Le salon de la princesse de Polignac où se retrouve toute l’avant-garde musicale, Fauré, Ravel et Debussy ; l’atelier de la rue de Fleurus où Gertrude Stein arbitre le match Picasso-Matisse ; le temple de l’amitié de Natalie Barney, rue Jacob, où l’on croise Colette, André Gide, Ernest Hemingway, Adrienne Monnier, Jean Cocteau… Autant de lieux qu’elles ont rendus célèbres dans le monde entier grâce à leur énergie et leur talent.


Mes pas vont ailleurs, Prix Femina Essai 2017

Prix Femina Essai 2017

Stock

19,50

Mai 1919. Victor Segalen est retrouvé mort, couché dans un petit bois, au cœur du Finistère. Partant du mystère qui entoure la mort de Segalen, suicide  ? accident  ?, Jean-Luc Coatalem suit les empreintes de l’écrivain-voyageur, breton, comme lui, Brestois, aussi. Militaire, marin et poète, auteur d’une œuvre labyrinthique que, de son vivant, personne n’aura soupçonnée.
En 1903, Segalen pélerine sur les traces de Gauguin, aux îles Marquises. En 1905, à Djibouti, sur celles de Rimbaud. En 1909, il traverse la Chine, en jonque, en train et à cheval, et il recommencera. En 1910, il se risque dans le dédale de la Cité interdite de Pékin, derrière un séduisant jeune homme, espion et amant de l’impératrice. Puis il réside seul à Hanoi, rêve au Tibet, et achète son opium. Il meurt à quarante et un ans, dans la forêt légendaire du Huelgoat, un Shakespeare à la main, la jambe entaillée, au-dessus d’un Gouffre, loin de son épouse et de cette autre femme qu’il aime.
Revisitant l’œuvre de Segalen, les lettres à ses deux amours, ses nombreux voyages, Coatalem fait apparaître les résonances, nombreuses, la complicité littéraire et l’écrivain compagnon, composant par ces prismes mêlés, le roman de sa vie, au plus près d’un Segalen vivant et vibrant.


L'Eldorado polaire de Martin Frobisher
18,50

Pirate à ses heures, le capitaine anglais Martin Frobisher (1535-1594) cherche dans le blanc des cartes, parmi les glaces du Grand Nord canadien, le mythique passage du Nord-Ouest vers la Chine. Il ne le trouvera pas. Ce qu’il découvre en revanche dépasse ses plus folles espérances  : les gros blocs d’une pierre noire et brillante à fleur de toundra dont il fait remplir les soutes de son navire sont aurifères.
Telle est du moins l’opinion de quelques alchimistes et orfèvres londoniens de renom dont John Dee, cosmographe et devin de la reine d’Angleterre. Dès lors, un vent de folie balaie la capitale. Lords, grands argentiers du royaume, Élisabeth Ire en personne, se bousculent pour investir dans les mines d’or de cette terre lointaine baptisée Meta Incognita, Frontière de l’Inconnu. Une flotte considérable est armée en hâte pour l’exploiter et la peupler.
Ce chimérique Eldorado polaire, première bulle financière de l’Histoire, illustre à lui seul l’ère de l’exploitation coloniale, dont les abus et les violences s’étendront à tout le continent nord-américain. Les Inuit traités sans ménagement par Frobisher et ses hommes, capturés pour l’amusement des foules et de la Cour, en sont un avant-goût. Le face-à-face de deux mondes ne fait que commencer.

À travers cet épisode méconnu, la journaliste Marie Hélène Fraïssé, spécialiste de l’histoire de l’Amérique coloniale, jette une lumière crue sur les débuts de la globalisation, au fil d’un captivant récit de voyage et d’aventures.


Au Gré des jours, Prix Fémina 2017 - spécial

Prix Fémina 2017 - spécial

Odile Jacob

12,90

« Je me souviens de moments forts ou décisifs.
Je me suis formée émotionnellement et affectivement de bric et de broc.
Quelque chose s’est passé dans mon enfance qui m’a donné une forme de solidité.
Je me souviens de conversations à bâtons rompus, pleines de vivacité, de renversements, de tête-à-queue, de retours en arrière, de mots d’esprit, de fous rires, de mines offusquées… avec une amie. Ce sont des moments de grâce et de vérité.
Je ne recherche rien tant que cette amitié-là, simplement parce que c’est nous et qu’on s’aime. » F. H.
Françoise Héritier se confie et nous fait partager son amour des mots et son goût de vivre.
Un immense talent, une leçon de vie.
Après Le Sel de la vie, voici Au gré des jours.

Prix Fémina Spécial accordé à l'ensemble de son oeuvre en 2017