Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Conseils de lecture

Nuits appalaches

Éditions Gallmeister

21,40
par (Libraire)
22 mars 2019

De retour de la guerre de Corée, un jeune homme solitaire et taciturne, rentre au pays, dans ses collines du Kentucky. Il rencontre une jeune femme dont il tombe amoureux, et voit son destin prendre enfin le chemin de la paix et de la rédemption. Mais la vie peut parfois se montrer cruelle, et ceux qui n’ont rien peuvent encore tout perdre…

Ce roman âpre n’est que le deuxième de Chris Offutt après Le bon frère, publié en 1997. Et si Chris Offutt met autant de temps à écrire un roman, c’est qu’il y met ses tripes. On le sent à la lecture. L’écriture vous saisit, et vous entraîne, de gré ou de force, vers le dénouement final.

Inoubliable!


Requiem pour une République
21,00
par (Libraire)
22 mars 2019

Un premier roman étonnant de maîtrise!

En cette fin des années 50, le désir d’indépendance du peuple algérien fait grincer des dents quelques nostalgiques de la toute puissance française. Certains, en haut lieu, sont prêts à tout pour qu’une telle velléité ne soit plus à l’ordre du jour.

Alors quand un avocat algérien, soutien du FLN, est assassiné dans Paris, les enquêteurs sont plus ou moins priés par les services de la Préfecture de mettre l’affaire sous le tapis. Mais au Quai des orfèvres, un jeune flic va avoir la mauvaise idée de vouloir faire la lumière sur ce crime, au risque de déplaire au Préfet lui-même, un certain Maurice Papon…

Thomas Cantaloube fait une entrée fracassante parmi les grands auteurs de romans noirs. Tout est maîtrisé de bout en bout. Comme si vous y étiez! C’est bluffant!


LA GUERRE DES PAUVRES
8,50
par (Libraire)
18 janvier 2019

Un drôle d'écho...

Une nouvelle fois, Eric Vuillard regarde l'Histoire dans les angles morts. Un récit édifiant sur la figure de Thomas Muntzer, prêtre allemand révolutionnaire du XVIe siècle, qui fut parmi les initiateurs de la révolte des paysans dans les régions d'Allemagne du Sud en 1524. Les inégalités soulevaient déjà les peuples...


L'Arbre Monde

Le Cherche Midi

22,00
par (Libraire)
17 novembre 2018

… Il était une fois un livre de Richard Powers : L’Arbre Monde traduit, avec excellence, par Serge Chauvin. Huit destins, huit racines qui donnent toute la puissance à cette polyphonie magistrale.

Le châtaignier, le mûrier, l’érable, le figuier, le tilleul, le séquoia, ce sont ces arbres, qui, dans ce roman, tracent leurs histoires à leur mesure, de manière absolue et irrévocable. Nicholas, Mimi, Adam, Ray, Dorothy, Douglas, Neelay et Patricia nouent leurs destinées selon notre tempo humain, est-ce à dire de manière vive et fugace.

L’Arbre monde est un roman polymorphe qui m’a littéralement accueilli dans ses ramifications pour ne plus me lâcher. Les personnages de Richard Powers, hommes et femmes, ont posé leurs empreintes en Amérique du Nord, à différentes époques et sur différents lieux : il y a des histoires, des drames, des révélations, du suspense et de l’émerveillement. Puis vient le tronc commun à ces instants humains : la défense du dernier séquoia géant, « vu d’en dessous, ce pourrait être Yqqdrasil, l’Arbre Monde, qui a ses racines dans le monde souterrain et sa cime dans le monde céleste, l’Arbre de l’Évolution : une grande idée qui éclate en une famille de branches nouvelles, tout là-haut, au fil du temps long. ».

Ce roman puise son irrésistible force dans ces sèves humaines qui, de rage, de désespoir, d’amour, de résolution et d’obstination, vont faire basculer des vies qui n’attendaient que ce moment pour naître, enfin, au Monde. L’Arbre Monde de Powers diffuse sa fable écologique par son histoire épique, son cœur mystique et son regard humaniste. J’ajouterai que l’Arbre Monde fait partie de ces romans qui peuvent changer une vie… grandiose donc.


Isidore et les autres
19,90
par (Libraire)
5 octobre 2018

Isidore et les autres

Il est des romans que l’on referme en étant triste de quitter les personnages, de ces histoires que l’on prend à cœur dès les premières pages et dont le plaisir de lecture ne se dément pas un seul instant, Isidore et les autres de Camille Bordas en fait désormais partie.

Izzy-Dory-Isidore, douze ans, aime sa famille, les gens. Il est dans l’empathie, arrondit les angles, fait preuve d’une belle sensibilité, bref : Isidore aime son prochain, sans sens biblique, juste dans le sens du bien commun. Il est dans une famille, où, qui n’a pas soutenu sa thèse ne peut rien comprendre à la vie. Entouré de ses cinq frères et sœurs aux têtes enfouies dans les livres et peu réceptifs au monde qui les entoure, Isidore détonne. C’est dans cet univers qu’il mène sa barque, avec bienveillance et franchise. Il fugue pour ressentir l’air frais du large, des petits bouts de chemin de vraie vie qui le découvrent à lui-même.

Avec une plume juste et sans artifice, Camille Bordas est arrivée à nous rendre en amour de ce bout d’homme qui cherche, suite à un drame, le sens de la vie. L’auteure nous fait rentrer dans une histoire universelle, essentielle et magnifique. Par son héros nous partageons un moment de cette vie de famille, quittant de nouveau les petites chaussures de l’enfance pour repartir pieds nus sur les chemins caillouteux de l’adolescence. Il s’écorche, se blesse, essaye, se positionne et, malgré tout, nous entoure de ses bras au milieu d’une fratrie qui se questionne beaucoup pour, peut-être, ne pas trop percevoir cette vie incertaine et parfois violente. Vous comprendrez : Isidore nous a « attrapé le cœur » !

Isidore et les autres de Camille Bordas aux éditions Inculte – 413 p. – 19.90 euros –

Emma & Fanny.