Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Alabama 1963, Roman

Alabama 1963, Roman

Ludovic Manchette, Christian Niemiec

Le Cherche Midi

  • par (Libraire)
    20 décembre 2020

    En 1963, en Alabama, plusieurs fillettes noires sont retrouvées mortes. Une femme de ménage noire et un détective blanc mènent l'enquête.
    Des personnages attachants traités avec humour, des dialogues savoureux font de ce polar, sur fond de racisme et ségrégation, un bon moment de lecture.


  • 25 novembre 2020

    Alabama

    Une lecture que je ne garderai hélas pas très longtemps en mémoire.
    Alabama 1963 est un roman qui a énormément fait parler de lui, autant au sein de la blogosphère qu’ailleurs, avec la plupart du temps d’excellents retours.
    Malheureusement, je fais partie du très petit nombre de lecteurs qui n’ont pas été passionnés.
    Le roman n’est pas mauvais (loin s’en faut), mais personnellement je n’ai pas trouvé entre ses pages les qualités que je recherche dans une nouvelle lecture.

    L’intrigue, même si elle est efficace, ne se démarque pas des nombreuses autres que l’on a déjà rencontrées dans d’autres romans traitant de ce sujet.
    Je n’ai éprouvé aucune empathie pour les différents personnages. Là encore, ils ne sont pas inintéressants, mais je les ai trouvés trop lisses, et, paradoxalement, parfois trop caricaturaux.

    Pour le style, là encore il m’a manqué ce petit plus qui nous fait des fois adorer des lectures qui pêchent par d’autres aspects.
    Mon plus gros souci a été le manque total d’attachement et d’immersion que j’ai ressenti jusqu’à la fin. À aucun moment je n’ai « vécu » l’histoire et oublié que j’étais en train de tenir un livre.

    Pour autant je comprends qu’il ait remporté un tel succès. Le sujet est passionnant, et malheureusement encore parfois d’actualité.
    De plus, c’est un polar qui se tient, et qui répondra aisément à l’attente de beaucoup.
    Néanmoins, pour ceux et celles qui ont déjà lu de nombreux romans abordant ce thème, ou se situant à cette époque, l’impression de « déjà-lu » pourrait leur poser la même petite déception qu’à moi.

    Un bon polar, tout à fait correct, écrit à quatre mains par des auteurs dont on sent l’expérience, et qui plaira donc aux lecteurs qui cherchent à mieux connaître cette période, mais un peu moins à ceux qui en ont déjà eu l’occasion d’en lire de nombreux autres.
    Mais le mieux, comme toujours, est de vous faire votre propre opinion.

    Belle découverte à tous.


  • 24 novembre 2020

    À Birmingham, en Alabama, l’année 1963, des fillettes noires disparaissent.
    Leur corps, souvent violé, est découvert plusieurs jours après leur disparition.
    La police fournit peu d’efforts pour mettre la main sur le coupable.
    Bud, un ancien policier blanc devenu détective est chargé par les parents d’une petite disparue de retrouver le coupable.
    Alcoolique, rustre, raciste, mal embouché, il commence son enquête.
    Adela, sa femme de ménage noire l’aide dans ses recherches, ce qui n’est bien vu ni par les blancs ni par les noirs.
    Un roman d’une forme classique qui nous tient rapidement en haleine.
    Tous les problèmes de racisme, d’intolérance sont bien présents.
    L’amitié improbable qui naît entre Bud et Angela est émouvante, et la fin du roman m’a arraché quelques larmes.
    L’histoire est super bien construite.
    On tâtonne, on avance, on croît trouver, on se trompe, on recommence à chercher.
    La ségrégation ne facilite pas les choses.
    L’ambiance de cette époque est parfaitement rendue.
    C’est franchement une très belle histoire et super bien écrite.


  • par (Libraire)
    6 novembre 2020

    coup de coeur

    💕 J'ai adoré ce roman 💕

    L'enquête commence par la disparition d'une petite fille.
    Ce suspense m'à tenu en haleine jusqu'au bout.

    Mais le livre est aussi plein d'humour, de tendresse et d'amitié.

    Il dénonce aussi le racisme odieux aux Etats Unis dans les années 60.


  • par (Libraire)
    2 novembre 2020

    Birmingham, Alabama, 1963.
    Adela Cobb, veuve, femme de ménage, vit seule avec ses enfants. Bud Larkin, renvoyé de la police, se noie dans l'alcool.
    Rien ne prédestinait ces deux êtres à devenir amis mais la disparition inquiétante de plusieurs jeunes filles noires dans cet état ségrégationniste, va faire basculer leurs vies.
    Qui est l'auteur de ces meurtres? Les pistes se multiplient, le Klan se fait de plus en plus menaçant, la rumeur court... Nos deux associés contre le crime sauront-ils tenir bon malgré les obstacles et trouver enfin le responsable de ces atrocités...
    .
    Une écriture limpide et très visuelle, on se laisse porter par cette enquête menée par ces deux caractères bien trempés.
    Un soupçon de "La couleur des sentiments", de "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" et de roman noir des années 60-70 et le tour est joué.
    .
    Ce texte mériterait sans conteste d'être adapté au cinéma, tellement le rythme du texte et le découpage des scènes maintiennent un suspense jusqu'aux dernières pages.
    .
    Conseillé par Marie


  • par (Libraire)
    21 octobre 2020

    Une histoire qui prend corps dans l'Amérique d'une déségrégation timide. Birmingham, Alabama, une enquête menée par un ex-flic devenu détective privé, un Dick Tracy en roue libre.
    Une police qui ne fait que peu de cas de la disparition d'une fillette, "simplement" parce qu'elle est noire.
    Un contexte violent, un détective alcoolique, une femme de ménage qui n'a pas froid aux yeux.
    Tout est là pour faire de ce roman à quatre mains, un COUP DE COEUR de la rentrée.


  • par (Libraire)
    11 septembre 2020

    Cette histoire nous accroche, du début à la fin du récit. rien n'est laissé au hasard. Les auteurs nous entraînent dans une USA pas si lointaine pour nous offrir un polar mêlé d'un drame d'une grande intelligence et surtout d'une grande sensibilité.
    Ravie de ce polar qui met en scène un curieux tandem (une femme de ménage noire américaine et un ex flic reconverti en détective privé alcoolique) pour résoudre les meurtres de fillettes. Adela, une femme qui force l'admiration, si douce, si belle. Sur sa route, elle va rencontrer Bud, un homme que tout oppose, mais ensemble, ils vont former un duo très atypique, que j'ai trouvé magnifique.⁣

    Coralie, Libraire Charlemagne Hyères


  • par (Libraire)
    30 août 2020

    Birmingham 1963, une puis deux puis trois fillettes noires sont retrouvées, mortes.
    La police regarde ça de loin.
    Bud Larkin, ancien flic devenu détective privé, alcoolique notoire et plutôt raciste, ne peut refuser au père de l’une des victimes d’enquêter. Le voilà seconder par Adela, femme de ménage noire.
    Duo improbable dans une ville où la ségrégation règne et où le Ku Klux Klan sème encore la terreur, mais ils vont aller au-delà de leurs propres préjugés.


  • par (Libraire)
    28 août 2020

    L'amérique de 1963

    J’ai adoré me plonger dans l’Amérique de 1963, où la ségrégation est encore profonde mais où les mœurs changent peu à peu .. Des personnages attachants, une intrigue prenante, assurément un roman dont on en sort comble !


  • par (Libraire)
    22 août 2020

    Le temps passe mais la ségrégation sévit toujours aux Etats-Unis.
    Étranges disparitions de fillettes noires. La police blanche enquête de loin.
    Un détective privé bougon et une femme de ménage noire vont eux aussi mener l'enquête et découvriront à leur grand étonnement l'assassin...
    Passionnant !


  • 7 août 2020

    Au cœur de la fracture américaine...

    Il y a du Faulkner dans ce roman, celui moins connu de "Lumière d’août".
    Terre noire et cœur blanc, ou inversement, avec l'enfance déchue et déchirée entre les deux...
    Rythmé comme un polar, non dénué d'un humour sensible et salvateur, l'histoire improbable de Bud et Adela est effectivement un rayon de lumière froide dans ce singulier mois d'août.


  • par (Libraire)
    27 juillet 2020

    Ne vous laissez pas avoir par le ton ingénu et quasi espiègle de ce premier roman à quatre mains. Ici, on est dans le dur. Alabama, 1963. A l'heure où les Etats-Unis sont encore sous le joug de la ségrégation et que s'amorcent de multiples tournants sur la question de l'émancipation, à l'heure où le Klu Klux Klan continue d'imposer son régime de terreur dans certains Etats, s'amorce une enquête à Birmingham.

    Une jeune fille, dénudée, est morte. Problème ? Elle est Noire. C'est pourquoi les autorités ne considéreront pas son cas dans un premier temps. L'enquête sera confiée par ses parents à Bud Larkin, l'incarnation stéréotypée mais toutefois attachante de l'ancien flic à la dérive, qui s'est reconverti malgré lui en détective privé. Suite à un malentendu, il va rencontrer Adela Cobb, une jeune veuve qui travaille dans les quartiers Blancs pour nourrir sa famille.

    Passez votre chemin si vous cherchez une enquête à la sauce contemporaine, c'est-à-dire digne de films à grand spectacle. Ici, l'enquête est menée par des bras cassés, tant parce que la police ne juge pas celle-ci prioritaire, que parce que le détective privé est un alcoolique notoire et que sa co-enquêtrice de fait est connue pour être la bonne des riches quartiers Blancs. C'est ce côté "à l'ancienne", qui m'a séduite, outre la plume enlevée des deux auteurs.

    Alabama, 1963, c'est aussi toute une galerie de personnages secondaires, qui tiennent pourtant une véritable place dans l'histoire. Gloria, Renée, Lazarus, Walt, Lorraine,...On s'y attache, on en déteste certains, on s'émeut face à d'autres. Le duo improbable formé par Adela et Larkin fonctionne à merveille. A travers lui, se font de multiples émancipations : celle de ses propres préjugés, celle de sa place dans la société, celle de sa place en tant que femme, celle de sa propre histoire. C'est une Amérique qui progresse, c'est l'espoir d'un futur meilleur que l'on lit au travers ces deux personnages.

    En 384 pages et au prétexte de cette enquête policière est brossé le portrait d'une Amérique en mouvement, d'une Amérique qui frémit, d'une Amérique du changement. En une année, nous suivons via la petite histoire de chaque personnage, une partie de la Grande Histoire des USA. A lire absolument !


  • par (Libraire)
    7 juillet 2020

    Un très bon moment de lecture

    Birmingham 1963. Après la disparition de plusieurs petites filles noires, Bud, un détective alcoolique et raciste, va devoir faire équipe avec Adela, une femme de ménage noire.
    Des personnages attachants qui m’ont beaucoup fait penser à La couleur des sentiments, du suspense ainsi que des dialogues rythmés font d’Alabama 1963 un très bon moment de lecture !