Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

Pour Luky

Pour Luky

Aurélien Delsaux

Les Éditions Noir sur Blanc

  • par (Libraire)
    4 février 2020

    Pour Luky

    Luky, Diego et Abdoul débarquent sous nous yeux au début d’un été qui promet de s’étirer. Ils traînent dans le trou. Le trou c’est une sorte de cube en béton où ils peuvent se retrouver, dans le sous-sol d’un des immeubles. Un lieu rien qu’à eux pour tout se raconter. Enfin, tout se raconter, c’est vite dit car ils ont beau être les meilleurs amis du monde, y’a des trucs qu’on ne dit pas, ou alors on transforme un peu, on enjolive. C’est qu’ils ont de la fierté ces petits mecs! De la sensibilité et de la pudeur aussi.

    Et c’est ce que j’ai aimé avec l’écriture d’Aurélien Delsaux (que je découvre avec ce titre). Il a été enseignant en collège lycée pendant dix ans et je ne sais pas si c’est ça, mais il parvient à nous transmettre leur sensibilité et la tendresse qu’il éprouve eux. Nous les suivrons une année environ : l’entrée au lycée, le chemin des possibles, les premières fois (ou pas).

    Nicolas Mathieu (prix Goncourt, auteur de Leurs enfants après eux) dit cela de Pour Luki : « Delsaux invente un langue qui est comme un couteau papillon, qui se plis et se replie sans cesse, virevolte et blesse pour finir. » Je crois que, oui, c’est cela. J’ai, en tout cas, trouvé une grande poésie dans cette langue. Elle interpelle au premier abord, mais on se rend vite compte qu’elle donne toute sa force au roman. Bref, j’ai adoré.

    Un grand coup de cœur.