Lundi : 14h-19h00

Mardi - Samedi : 10h - 12h30, 14h00 - 19h00

Benzos

Benzos

Noël Boudou

Taurnada éditions

  • 9 décembre 2019

    Benzos est une claque.

    Une gifle douloureuse, mais nécessaire.

    Chaque personne qui a elle-même vécu, ou qui connaît un proche qui a rencontré les problèmes que traverse Nick, reconnaîtra cette peur panique qui enchaîne et étreint l’esprit de celui qui doit faire face à l’insomnie ou à la douleur.

    Au-delà de la fatigue physique que cela entraîne, la fatigue morale qui s’y ajoute semble ingérable à celui qui la subit.

    Quand le peu d’heures de sommeil devient le refuge des pires cauchemars ou que chaque réveil est encore plus douloureux que le précédent, il est facile de tomber dans la dépendance.

    Ce n’est ni une question de volonté ni une question de courage.
    Il existe juste chez chacun un seuil, de fatigue ou de douleur.
    Quand il est dépassé, on est alors prêt à tout pour repasser sous le seuil.
    Même pour quelques heures ou quelques minutes.

    Noël Boudou nous explique très bien tout cela, et bien plus encore, dans ce roman :

    Nick a une vie que l’on définirait comme agréable : jolie maison, une boulot qui l’intéresse, un couple solide avec Chloé, sa femme, des amis sincères... Oui, décidément, sur le papier tout est parfait.
    Mais sous les apparences, c’est déjà beaucoup moins idéal. Nick souffre d’une forte dépendance.

    Quand Pierre et Catherine, les meilleurs amis du couple, arrivent pour passer quelques jours de vacances, Chloé a dû s’absenter pour le travail. Mais Nick est tellement heureux de revoir son meilleur ami qu’il a tout préparer au mieux.
    Si la première soirée se passe très bien, le réveil du lendemain réserve de bien désagréables surprises...

    A-t-il exagéré la veille ou perd-il réellement les pédales ?

    Cette lecture interpellera chaque lecteur.
    Vive et prenante, elle est impossible à lâcher avant la fin.

    L’auteur nous conte cette histoire autant avec son cœur qu’avec ses tripes, se servant d’un style direct et sans fioritures.

    Quant à l’utilisation de la première personne du singulier, elle permet elle une immersion totale dans la psyché de Nick, et le lecteur en ressort secoué et endolori, à l’image du personnage.

    Bref, une lecture qui marque durablement, tant par le sujet que par la beauté de la plume de l’auteur.

    Un roman à découvrir sans hésiter !