Lundi : 14h00 - 19h00

Mardi - Samedi : 09h30 - 13h00, 14h00 - 19h00

  • 28 février 2018

    Comment ne pas être sensible au parcours et à la vie de Victor Segalen ?
    Avec une écriture d’une grande richesse évocatrice, poétique souvent, Jean-Luc Coatalem nous ouvre les chemins d’une histoire originale et surprenante d’un personnage hors-normes peu connu, et confessons-le, peu connu aussi des brestois comme moi, aujourd’hui.
    Jean-Luc Coatalem utilise le vous à la manière de Michel Butor. Une marque de respect donc, même s’il a fouillé sa vie! On découvre un auteur proche de son sujet comme des lecteurs peuvent se sentir proche de leurs auteurs favoris! Segalen donc, médecin militaire écrivain voyageur opiomane, aimé par deux femmes, se suicide dans la forêt du Huelgoat, son repère, et devient acteur de son mystère. Les références shakespeariennes ponctuent intelligemment la narration, on comprendra pourquoi... Le livre fourmille d’informations qui signe un très gros travail de recherche.
    L’auteur se fait passeur de Segalen. Ce n’est pas une biographie mais une vision de l’homme. Pour le style le prix de la langue francaise lui a été décerné et le prix femina essai 2017 a été attribué à ce livre qui se dévore comme un roman. Prix justifiés.
    J’ajouterai que cet ouvrage peut être mis en perspective avec Gabriële de Anne et Claire Berest: ces livres montrent que d’autres vies tout aussi incroyables ont été vécues à la même époque par nos grands écrivains et artistes !


  • par (Libraire)
    2 septembre 2017

    Quand un écrivain voyageur fait une espèce d'exercice d’admiration pour son grand frère écrivain voyageur, Victor Segalen, cela donne non pas une biographie mais un bijou romanesque.